Adhérer

Nos missions

Surtaxes gouvernementales sur le carburant : la CPME réclame un moratoire

 

L’envolée des prix à la pompe, dans sa brutalité, impacte durement le quotidien de tous. Nos PME et leurs collaborateurs commencent à en sentir durement l’effet : les factures s’envolent et pèsent sur les budgets, les contrats qui avaient été négociés dans les transports, le BTP et bien d’autres secteurs d’activités voient toutes leurs marges amputées gravement.

Si la transition énergétique doit être encouragée, la fiscalité écologique ne saurait être punitive et servir, encore une fois, de prétexte à une augmentation des prélèvements obligatoires. C’est pourtant ce qui est en train de se passer, et la dernière annonce du Président de la République aggravera encore l’impact sur les entreprises.

Alors que les taxes (TVA et TICPE) totalisent déjà près de 60% du prix à la pompe, l’augmentation des cours du pétrole ne peut être rendue responsable de l’envolée des prix. Il faut donc impérativement cesser la spirale infernale actuelle qui, si elle conduit à remplir les caisses de l’Etat, risque d’appauvrir les Français et de fragiliser les entreprises.

Pour changer les comportements et financer des mesures incitatives, le gouvernement a esquissé en 2018 et 2019 une trajectoire d’augmentation des taxes de 14,6c/l sur le gazole et de 7,9c/l sur l’essence.
Celles-ci s’avèrent aujourd’hui économiquement insoutenables. Il convient donc de mettre en place un moratoire pour stopper l’application de ces surtaxes.

 

La CPME Moselle saisit tous les députés et sénateurs du Département pour qu’ils relaient notre demande.

Vous aussi, soutenez cette action, parlez en à vos élus.
Nous comptons sur vous. Vous pouvez compter sur nous.

 

Fabrice GENTER
Président CPME Moselle